lundi 15 septembre 2014

Quand le compte en banque à zéro devient une leçon de vie...

Il y a un certains temps déjà, je me sortais d'une dépression majeure avec arrêt de travail obligatoire, d'une séparation qui m'avait mis sur la carreau, d'une fracture de la cheville droite qui m'avait laissé handicapée pour un certains trop long temps et d'une période de harcèlement intense qui traînait devant les tribunaux...

Ma vie avait déjà été plus belle et plus douce mettons...

J'essayais tant bien que mal de nourrir mes enfants, leur donner un toit, de l'éducation et tout ce dont ils avaient réellement besoin.

Jusque là, j'y arrivais pas pire... 

Et puis un soir, j'ai réalisé que mon compte en banque était à zéro et ce pour quelques jours... Je devais payer mes comptes mais surtout nourrir mes enfants et le frigo était vide...vide comme vraiment vide...vide dans le genre qu'il reste du ketchup et de l'eau... Vide comme dans demain on mange de la soupe à l'eau...

Le lendemain, un paiement devait passer dans mon compte... mais le compte était à sec...

En pleurs...et solidement honteuse, j'ai téléphoné une amie... J'avais besoin d'aide... J'avais besoin de faire une épicerie et de payer mes comptes... Et surtout, de m'en sortir enfin et réellement !

J'ai pris mon courage à deux mains et j'ai demandé à mon amie des sous pour payer le compte et pour nourrir mes enfants...  

Ce coups de fils fut une très belle leçon de vie !

Je savais déjà que je pouvais compter sur cette amie, je savais qu'elle serait toujours là pour moi donc là rien de nouveau mais j'ai appris et surtout compris que l'Amitié ne juge pas ! Elle m'a prêté les sous et m'a apporté à souper !

J'ai compris aussi que je pouvais demander et que j'allais recevoir... À cette époque, demander était pour moi un vrai calvaire...

J'ai compris mais surtout pleinement réalisé qu'il était temps que je change ma façon de vivre et de voir la vie... Mettons que broyer du noir, un moment donné, ça suffit...

Ce montant d'argent prêté par mon amie était beaucoup plus que du papier (en fait ce fut un virement bancaire donc aucunement du papier), c'était un coup de pouce pour continuer à aller de l'avant, un merveilleux encouragement à poursuivre mes rêves et à me prendre encore et encore en main (parce que ça ne se fait pas en une journée ça)...

Je n'oublierai jamais ce geste de cette amie et quelques temps après, Les Semeurs de Bonheur sont nés... 

jeudi 11 septembre 2014

L'amour à distance

Je fais rarement les choses simplement...  Même pour mon histoire d'amour, j'ai mis du piquant.

Pourquoi faire simple lorsque l'on peut faire compliquer que certains me disent.

J'imagine que faire simple pour moi  ce n'est pas assez vivant !

Mon amoureux et moi habitons à 4h30 de route l'un de l'autre, je m'amuse à dire que nous avons un des plus grands appartements au monde, il s'étend de Sherbrooke jusqu'à Saguenay.

Il y a des avantages à cette relation et il y a des inconvénients !

L'avantage principale et que nous avons du prendre notre temps et ainsi la "flamme" reste allumée a fond plus longtemps !  Chaque fois que je vois mon amoureux c'est une fête... Chaque vendredi de retrouvaille est un vendredi joyeux !

Le désavantage principal est que je m'ennuie beaucoup, il y a des soirs où j'aimerais simplement me blottir contre lui et juste être bien dans ses bras mais pour le faire, je dois me taper 4h30 de route... Aussi, comme j'ai une vie remplie, j'ai l'impression parfois qu'il manque une partie de ma vie...et que je manque une partie de la sienne. Les dimanches d'Aurevoir, sont des dimanches tristes...

Il y a des jours où je trouve cette relation difficile, la distance et la route ne sont pas toujours jojo.... Il y  a des jours où c'est facile et que je ne réalise pas pleinement la distance...

Mais chaque jour, je remercie la technologie de nous permettre de faire que ce soit plus facile... Vive Skype.

Grâce à cette relation, je comprends pleinement le sens de l'Amour, je comprends combien rien ne peut empêcher deux personnes d'être en couple s'il y a de l'amour...

Mon amoureux habite peut-être à plus de 400km de chez moi mais chaque seconde, il est dans mon cœur  !

Pour me suivre ailleurs et ne rien manquer de maman et bien plus c'est ici    ou ici 

vendredi 27 juin 2014

La mère que j'aurais voulu être...

Étant adolescente, je ne voulais pas vraiment d'enfant... Je savais déjà à ce moment que je voulais travailler avec les enfants mais l'idée d'en avoir à moi n'était pas très claire...

Un jour, à l'âge adulte, j'ai décidé que je n'aurais pas d'enfant...  La vie que je voulais mener ne concordait pas avec le fait d'avoir des enfants...

Et puis un jour, un petit bébé est venu se faire une place (très discrètement) dans mon ventre.  Ni le père, ni moi ne voulions des enfants...  Je prenais la pilule (TOUS les matins même la fin de semaine, je me réveillais à 8hrs pour prendre ma pilule)...

Après 3 mois de grossesse (j'ai continué à avoir mes menstruations), le 1er juillet 1999, j’apprenais que j'étais enceinte (un moment donné, la prise de poids, la douleur aux seins et la tite ligne brune sur le ventre finissent que par te donner des doutes).

J'étais maman...

Avant l'arrivée de ce petit bébé dans ma vie, j'avais une idée très claire de la mère que je voulais être (donc celle que je ne voulais jamais être, ne voulant pas être maman)...

Je serais à la maison avec eux, matin-midi-soir-nuit...  Je voulais être là pour chacun de leurs exploits, être celle qui allait les reconduire au hockey, baseball, soccer, cours de natation, musique et autres...

Je voulais être de ces mamans qui vont au parc TOUS les jours avec les enfants et qui  au retour font un bricolage, le dîner santé et préparent pour la sieste.

Je voulais être cette maman qui forme un couple parfait avec le papa, qui habite une petite maison et qui mange bio...

La mère que j'aurais voulu être, était une mère TOUJOURS patiente, TOUJOURS reposée et JAMAIS débordée par le temps, la vie, les enfants...

La mère que j'aurais voulu être, ressemblait un peu à la maman de Caillou (pas physiquement là on s'entend) mais avec un enfant qui ne rechigne pas, écoute TOUTES les consignes et bien entendu est un petit ange...

Mais finalement, je n'ai pas été cette mère là... (finalement à regarder la mère de Caillou c'est une chance, tellement elle tape sur les nerfs)...

Mes enfants ont fait peu de sports, Fiston n'aime pas ça et Fillette aime mieux gambader que de courir après un ballon dans le but précis de le lancer dans un but...  Je suis maman-mono donc la belle petite famille parfaite n'a pas eu lieu...

Je perds patience parfois, je ne suis pas TOUJOURS présente pour eux, et oui, il m'arrive de rater certains événements de leur vie.  Je ne suis pas impliquée à l'école comme je souhaitais l'être (une grande partie à cause d'une désillusion de ce monde scolaire).  Mon fils a fait de la musique, il a détesté... malgré un très grand talent, j'ai abdiqué...

On ne mange pas bio à tous les repas, oui mes enfants ont mangé des hot-dogs et du Kraft Dinner...

 Il y a des jours (plusieurs) où la visite du parc à pris le bord et que le bricolage s'est transformé en "Carmen Campagne live on a DVD"...

Je ne suis pas la mère que j'aurais voulu être mais...  j'Aime mes enfants plus que tout au monde, je leur dis au moins 10 fois par jour.  Je les aide à devenir des humains d'amour, de compassion et de pardon (faut ben si je veux qu'ils m'excusent de la mère que je suis).  Je suis heureuse et comblée et je crois que c'est ce qui est important...  Car en fait, même si je ne suis pas la mère que j'aurais voulu être, mes deux enfants me disent au moins 10 fois par jour : Je t'Aime et il me répète constamment combien ils sont heureux de m'avoir comme mère...

Je ne suis pas la mère que j'aurais voulu être mais je suis la mère que je suis heureuse d'être...

Êtes-vous le parent que vous vouliez-être ?

Pour me suivre ailleurs et ne rien manquer de maman et bien plus c'est ici    ou ici